• TCA : Arrêtons de mentir

    Résultat de recherche d'images pour "tumblr fat gif"

    Trouble du comportement alimentaire : Mon histoire.

    Vers l'âge de 13 ans, discriminée à l'école avec des parents en dispute, je me réfugie dans la nourriture pour tout oublier. Mon père me dit que je fais des crises de "boulimie" et que je dois arrêter de manger autant. J'ignore ce qu'est la boulimie et je ne cesse de dire que je ne le suis pas. Il me conseille d'aller voir sur internet. Ce que je fais. Wikipédia, mon grand ami, m'apprend que la boulimie est une maladie, un TCA, qui consiste à ingurgiter énormément de nourriture pour combler un sentiment. Pour ensuite culpabiliser et se faire vomir. C'est vrai. Je mange pour combler ma tristesse et ma colère mais ça s'arrête là. Je m'en fiche de mon poids. Je m'en fiche de manger beaucoup. Je ne culpabilise pas. Je m'en fiche complètement de mon physique. Rien ne change.

    A 14 ans, je tombe amoureuse d'un garçon. Je commence à m'intéresser à mon physique. Mais il ne m'aime pas. Il aime les jolies filles. Je commence à me trouver grosse. Je retourne lire des informations sur la boulimie. Je découvre que les boulimiques ont tendance à se priver de nourriture. Je m’exécute. Je ne mange plus à l'école. Je ne déjeunais déjà pas mais là, ça va plus loin. J'arrête de manger le midi pour au final manger 10 fois plus quand je rentre car je crève de faim. Mes amies s'inquiètent, cherchent à me faire manger par tous les moyens. Elles vont même jusqu'à me balancer aux professeurs. Ceux-ci menacent de le dire à mes parents. Alors je mange un peu. Ils hésitent à m'obliger à aller voir quelqu'un pour en parler. Ils me posent des questions. Pourquoi je fais ça, est-ce que je me trouve grosse, etc. Je mens. Je ne sais pas pourquoi mais j'avais peur de leur dire la vérité. Je n'avais pas confiance. Finalement, ils n'insistent pas. Mes amies cessent de me balancer. Je ne mange donc que quand je rentre chez moi. Tout ce que je peux trouver y passe. Mon père ressort l'argument de la boulimie. Et qui sait, peut-être qu'à ce moment, il avait raison.

    Vers l'âge de 15 ans, je prends 20kg sur deux ans de temps (que je découvrira bien plus tard). Personne ne le remarque, même pas moi alors qu'il est marqué sur un papier que mes parents reçoivent. Mon corps s'est habitué à ne pas manger avant 16h30 alors je n'ai plus de "crise" en rentrant. Je me calme. Si on me propose de la nourriture ou que j'ai de l'argent, je mange. Je mange trop pour mon âge, je suis en risque de surpoids d'après mon IMC. Mais surtout, je me trouve grosse. Mais ça va. Je vis bien. Je ne pense plus trop à mon corps et j'oublie même pourquoi j'ai arrêté de manger le midi. Je continue sans savoir pourquoi.

    A 16 ans, plus rien ne va plus. Je découvre grâce à Internet que je suis en dépression. Très très grosse dépression. Je n'ai qu'une seule envie : Mourir. Je cherche tous les moyens possibles pour me faire du mal. Mais encore une fois, personne ne le remarque. Je passe mon temps à lire des choses sur la dépression. Je retourne lire des choses sur la boulimie, mais pas que. Je voulais savoir ce que j'avais. Alors je lis. La boulimie, l'hyperphagie, l'anorexie, les TCA. Je n'aime pas le sport mais me faire vomir me vient en tête. J'en parle à un ami. Il m'engueule et me dit que c'est inutile. Je chasse l'idée. Mais voilà, ma dépression, mon envie de mourir et ma connaissance sur l'anorexie accentue mon problème à la nourriture. Je partage plusieurs trucs sur mon Tumblr du style "Pretty girls don't eat". Signe que mon mental ne va pas très très bien. Mais rien ne change.

    Septembre 2015, j'ai changé d'école depuis un an et mes parents se sont séparés. Tout commence à aller mieux. Peu à peu, je sors de ma dépression. Je me sens grosse mais ça va. Je commence à reprendre ma vie en mains même si la dépression a fait beaucoup de séquelles. Il y a ce beau garçon dans ma classe. Je décide de faire régime pour essayer de perdre du poids mais j'ai surtout en tête que perdre du poids le fera me regarder. Mais je n'y connais rien en régime alors en fait, je ne fais rien. J'ai juste en tête que je devrais faire un régime.

    Novembre 2015, je me fais opérer des amygdales et des végétations. Je ne peux manger que du liquide. Mais j'ai trop mal pour manger et la nourriture a un goût dégueulasse. Durant deux semaines, je ne fais que boire une tasse de cacao par jour, pour dire d'avoir quelque chose dans l'estomac afin de prendre mon médicament. Je peux recommencer à manger du solide mais je n'y arrive pas. Le goût n'y est pas alors je refuse et reste à ma petite tasse de cacao. J'ai froid. Je suis faible. Je dors beaucoup et j'ai à peine assez d'énergie pour me lever. Mon père finit par péter un câble alors je recommence à manger. J'aurai perdu entre 5 et 8kg durant cette période. Au final, je reprends un peu de poids mais j'ai perdu 5kg. Les gens le voient et me disent que ça me va mieux.

    Janvier 2016, le beau garçon me rejette, cassant ainsi le peu de confiance que j'avais repris. Il me rejette alors qu'il ne me connait pas. Mes pensées ne font qu'un tour. Si j'étais mince, il ne m'aurait pas jeté ainsi. Je tente à deux reprises de me faire vomir sans succès. Alors j'essaie de pas trop manger en dehors du repas du soir. Je commence à lire les excuses des anorexiques et à les appliquer. Je vois les filles minces dans la rue, je les envie terriblement. Je les déteste pour leur minceur que je n'ai pas. Je vois mes amis tombaient amoureux de la fille mince de notre groupe. J'associe donc la minceur au bonheur. Si j'étais mince, ça ne se serait pas passé. Si j'étais mince, les gens m'aimeraient plus. Et ainsi de suite. Je finis par me calmer, par essayer de ne pas penser ça. J'ai un petit ami qui m'aime. Je lui fais part de mon ressenti sur mon poids parce que je veux de l'aide. Mais à ce moment, ça déraille. Il me fait des remarques sur ça. "Si tu continues à manger autant, je ne pourrai plus te prendre dans mes bras.", "Arrête, t'as assez mangé.", "Non, tu ne veux pas manger ça.". Il croit bien faire mais c'est tout le contraire. Les seuls moments où je ne me sentais pas grosse n'existent plus.

    Septembre 2016, la vie fait que je prends le train avec un ami sportif, qui va à la salle et qui a énormément confiance en lui. Il me pousse à être positive, me dis de ne jamais abandonner. Alors, ça va un peu mieux. Je commence à essayer de faire du sport. Je dis à mes parents que je veux faire régime. Je vais à la salle, pas beaucoup de fois, mais c'est déjà ça. Je reprends la confiance, peut-être un peu trop parfois aha. Et avant même de m'en rendre compte, je tombe amoureuse de ce garçon.

    Mai 2017, j'ai perdu 5kg depuis. J'aimerai en perdre encore 10kg pour me sentir bien. J'ai encore beaucoup de mal à faire ça correctement. J'essaie de suivre un régime mais ce n'est pas facile. J'ai toujours en tête que c'est en ne mangeant pas que je maigrirai. Il y a des jours où je mange moins de 500 calories par jour. C'est le cas d'aujourd'hui. Alors mon poids fait le yoyo. Mais j'essaie de rester forte, de ne pas écouter la voix dans ma tête qui me dit de ne pas manger.

    Je n'ai jamais vu de médecins. Je n'en ai jamais parlé à un membre de ma famille. Si j'ai écris tout ça aujourd'hui, c'est déjà parce que j'avais besoin de voir que j'ai un problème avec la nourriture depuis longtemps et que c'est pas en fermant les yeux que je vais le guérir mais surtout parce que si vous avez un problème ou que vous connaissez quelqu'un qui a un problème, même infime, envers la nourriture, il ne faut pas laisser passer ça. Voyez comme mon problème a empiré. Et ne vous dites pas que c'est juste parce que j'ai été rejeté. Le rejet n'a été qu'un élément déclencheur. J'avais besoin d'en parler quelque part, de m'exprimer sur tout ça. J'espère que j'arriverai à arriver au poids que je souhaite sans finir dans l'anorexie.


  • Commentaires

    1
    Vendredi 26 Mai à 23:59

    Je pense que si tu as un problème avec la nourriture c'est parce que de base tu n'étais pas bien. Ma mère a eu un problème d'addiction (mais pas à la nourriture) parce qu'elle était pas bien à la maison. Maintenant que mes parents sont séparés, elle va mieux.

    Personnellement, j'ai eu une période où ça n'allait pas dans ma vie alors j'ai commencé à être addict à quelque chose maintenant ce n'est plus qu'une vilaine habitude. Mais je dois l'avouer que j'en ai parlé à mes amis, parce que c'est mon caractère qui fait que j'en avais besoin, et c'est surtout eux qui m'ont aidé à aller mieux, et même une prof pour être totalement honnête. J'ai même pensé à aller voir un spy juste pour parler parce que je le voulais, je voulais parer pour aller mieux.

    Je n'ai pas vécu ce que tu as toi-même vécu, mais je pense que si on a un problème il faut parler aux être qui nous sont le plus cher parce que c'est eux qui vont te donner la force et l'aide dont on a besoin en cas de soucis.

    • Voir les réponses
    2
    Samedi 27 Mai à 01:27

    J'aimerais pouvoir te dire un truc bateau du style "Il faut s'aimer comme on est", mais en réalité ça me paraît vraiment difficile de nos jours. J'ai, moi aussi, commencé il y a bien longtemps à associer la maigreur à la beauté, mais, pour être honnête, à part inquiéter mes parents, je n'y ai pas gagné grand chose. Je suis dans l'incapacité de prendre le moindre kilo, et mon rêve serait de gagner en masse musculaire ... Autant te dire que ce n'est pas gagné. Enfin, je suppose qu'on a jamais vraiment ce qu'on veut au final. (les 10 cm qu'il me manque, venez à moii ;_;)

    Le tout, c'est de savoir gérer, de ne pas trop s'écouter, et de rester vigilent. Avoir conscience de son problème, c'est déjà un bon pas en avant je trouve. Bon courage de ton côté, tu sauras trouver l'équilibre~

    • Voir les réponses
    3
    Samedi 27 Mai à 11:53

    Depuis toutes ses années il y a une ou 2 choses que tu m'as caché :<
    Pour ton groupe d'amies j'ai jamais vu des comportements pareils par rapport à tout ce que t'as pu me dire, je les trouve méchants en général. Surtout la fille que tu sais. Perso tu peux avoir le poids que tu veux, si on partageait nos vies je te rejetterai pas pour ça mais par rapport à ton comportement si il me plaisait pas ... Et dis-toi que les vraies maigres qui n'ont pas de formes (moi) sont aussi pas regardées x)

    • Voir les réponses
    4
    Mardi 30 Mai à 00:16

    SEND NUDES pour que je puisse juger.

    5
    Lundi 5 Juin à 19:41

    Je pense que tu aurais eu besoin d'en parler, avant. Mais tu mentais quand on te demandait aussi ... Je crois qu'il aurait fallu qu'on t'écoute et que tu parles mais sur autre chose, la nourriture comblait un vide et un sentiment comme tu l'as dis. Les choses ont eu l'air de s'améliorer un peu à la séparation de tes parents d'ailleurs.

    Quoi qu'il en soit, repérer ce genre de problème chez un proche, c'est difficile et quand on a raison : il se braque très vite (je le sais car je pense à quelqu'un même plusieurs personnes de ma famille) et on ne peut rien faire pour les aider souvent. Parce que c'est avant tout un état d'esprit, un problème  psychologique et souvent l'entourage, voulant bien faire, va empirer la situation. 

    Le plus difficile ça doit être d'admettre qu'on a un problème, pour réussir à en parler à quelqu'un et c'est là que la personne qui t'a écouté peut, peut être, t'aider. Mais avant, tu te serais sûrement braqué (comme ceux de mon entourage). 

    Il faut seulement savoir que le poids ne fait pas tout,  et que tant que tu ne mets pas ta santé en danger alors essayes de retrouver une vie et une alimentation normale. Comme par exemple : mange à midi, parce qu'il veut mieux manger à midi que le soir, car le soir/la nuit on consomme moins d'énergie, donc moins de calorie donc tout ce qu'on mange, on le stock directement quasiment. Donc il vaut vraiment mieux manger le matin au petit déj et à midi plutôt que le soir, et le mieux ça serait de manger aux trois repas. Car quand on se prive, le corps l'enregistre et là aussi il va stocker et dès que tu vas manger un peu, il va se dire "ouiii vite, de la bouffe, on est en période de famine, pour survivre faut récupérer tout ce qu'on peut" : tu vois l'idée ?

    C'est très compliqué de retrouver une "relation" saine avec la nourriture (je sais pas comment m'exprimer, lol), il faut manger à sa faim, être capable de se faire plaisir sans en abuser et c'est un équilibre que peu de gens savent avoir je pense. Mais je te souhaite d'arriver à le trouver un de ces jours ! 

    • Voir les réponses
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :